Né Bil Causeur Littéraire a L’Assommoir Littéraire – 29/04/2018 – “Réflexion d’un poète” de Prof. Giovanni Teresi

 

 

Risultati immagini per Victor Hugo immagini in jpg
Victor Hugo (ricerca immagini tramite google)

 

Le groupe des petits est pâle. Tout cela expire et rampe, n’ayant pas même la force d’aimer ; et, à leur insu peut-être, tandis qu’ils se courbent et se résignent, de toutes ces inconsciences où le droit réside, du sourd murmure de toutes ces malheureuses haleines mêlées, sort on ne sait quelle voix confuse, mystérieux brouillard du verbe, arrivant syllabe à syllabe dans l’obscurité à des prononciations de mots extraordinaires : Avenir, Humanité, Liberté, Égalité, Progrès. Et le poète écoute, et il entend ; et il regarde, et il voit ; et il se penche de plus en plus, et il pleure ; et tout à coup, grandissant d’un grandissement étrange, puisant dans toutes ces ténèbres sa propre transfiguration, il se redresse terrible et tendre au-dessus de tous les misérables, de ceux d’en haut comme de ceux d’en bas, avec des yeux éclatants.
Et il demande compte à grands cris. Et il dit : Voici l’effet ! Et il dit : Voici la cause ! Le remède, c’est la lumière. Erudimini (instruisez vous). Et il ressemble à un grand vase plein d’humanité que la main qui est dans la nuée secouerait, et d’où tomberaient sur la terre de larges gouttes, brûlure pour les oppresseurs, rosée pour les opprimés. Ah ! vous trouvez cela mauvais, vous autres. Eh bien, nous le trouvons bon, nous. Nous trouvons juste que quelqu’un parle quand tous souffrent. Les ignorances qui jouissent et les ignorances qui subissent ont un égal besoin d’enseignement. La loi de fraternité dérive de la loi de travail. S’entre-tuer a fait son temps. L’heure est venue de s’entr’aimer. C’est à promulguer ces vérités que le poète est bon. Pour cela, il faut qu’il soit peuple ; pour cela, il faut qu’il soit populace ; c’est-à-dire qu’apportant le progrès, il ne recule pas devant le coudoiement du fait, quelque difforme que le fait soit encore. La distance actuelle du réel à l’idéal ne peut être mesurée autrement. D’ailleurs traîner un peu le boulet complète Vincent de Paul. Hardi donc à la promiscuité triviale, à la métaphore populaire, à la grande vie en commun avec ces exilés de la joie qu’on nomme les pauvres ! le premier devoir des poètes est là. Il est utile, il est nécessaire que le souffle du peuple traverse ces toutes-puissantes âmes. Le peuple a quelque chose à leur dire. Il est bon qu’on sente dans Euripide les marchandes d’herbes d’Athènes et dans Shakespeare les matelots de Londres.

Victor Hugo : William Shakespeare

 

Risultati immagini per William Shakespeare immagini in jpg

William Shakespeare (ricerca immagini tramite google)

 

Réplexion d’un poète

Le moi du poète, ce n’est pas le sujet, mais le Sujet. En tant que Sujet, c’est la
Conscience Universelle qui parle au nom de l’Humanité, car il incarne l’Humanité. Comme le dit bien Hugo, il enseigne la vérité, non les vérités. Car dans le quotidien on s’entre-croise, on s’emboîte le pas, on s’oppose les uns aux autres, on fait des discours, on émet des paroles, on s’entre. Eue, on se regarde du haut en bas. Chacun a sa vérité, son expérience, son existence. Le poète est au-delà de ça, son centre à lui, c’est la perspective, il est en projection, parce qu’il est pro-jetant. L’homme en soi est un scénario quotidien, dont la journée, le soir venant, se clôt sur elle-même.
Le poète n’a ni temps ni espace. Toute fois il englobe son humanité pour se hausser à l’Humanité. Son message est clair: homo est ens imperfectum, l’homme est inaccompli. L’accomplissement n’est pas l’horizon des fragments que l’homme disperse ou ramasse dans le mouvement inconscient où il s’implique quotidiennement.
Ça, c’est le malheur, l’indifférence, qui sanctionne l’auto-circuitation de l’individu.
Le poète a dépassé son individualité au moment où, tel la Pythie, transcende son moi, laissé s’incruster (oh! il en est conscient!) dans la misère des fragments.
En tant qu’individu, il y revient, comme n’importe qui; mais quand l’instant pythique (Kairôs) survient, sa Parole deviant Prophétie; l’individu doit passer par l’humanité pour s’élever à Sujet. La stabilité de cette condition (en stativum) est hélas une perspective, mais déjà la conscience en marche (Hugo) est apperception de la Vérité Insaisissable, donc possibilité, donc concrétisation: l’Amour.

L'immagine può contenere: 1 persona, persona seduta

Giovanni Teresi

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...